Anciuti

Il existe peu d'informations concernant Joannes Maria Anciuti. Ses instruments, d'une facture magnifique, sont pourvus d'un cachet qui permet de situer l'atelier du facteur à Milan. Dans certains cas, il s'y trouve également une date (entre 1709 et 1741). En plus de hautbois, de flûtes traversières et d’un contrebasson, quelques flûtes à bec ont subsisté jusqu'à nos jours. Le diapason des flûtes alto est plus aigu que celui des flûtes originales françaises, anglaises ou allemandes.

Le modèle qui a servi de base à ma reconstitution appartient à la collection de Hermann Moeck. J'ai eu la chance de pouvoir disposer de l'instrument pendant longtemps, ce qui m'a permis de prendre des mesures très précises. Après plusieurs essais de copie, j'ai décidé de corriger la perce. Grâce à ces modifications, j'ai obtenu un instrument agile, d'une justesse remarquable aux aigus faciles. Son timbre élégant fera le bonheur des amateurs de fa flûte Denner.

Cette flûte sopranino n'est pas la copie d'un instrument historique, bien que l’on trouve la partie inférieure d'une sopranino Anciuti au musée des instruments de musique de Berlin. La perce de cet instrument est légèrement allongée, ce qui simplifie la disposition des trous pour les doigts. La virtuosité y est possible même pour des flûtistes aux doigts larges. La justesse, le timbre et la réponse sont impeccables. La forme élégante de l'instrument est inspirée par la partie qui se trouve à Berlin et par une sopranino en ivoire, également fabriquée par Anciuti.